14ème réunion d’affaires sino-portugaise avec plus de 100 délégués venus de Chine et de Macao

By | June 28, 2019

Plus de 100 délégués de Chine et de Macao, ainsi que des représentants de l’Angola, du Mozambique, du Cap-Vert et du Portugal ont déjà confirmé leur présence à la 14ème réunion de travail entre la Chine et le portugais tenue les 8 et 9 juillet, a annoncé récemment un officiel de São Tomé et Príncipe.

M. Rafael BRANCO a fait cette déclaration a été faite par le directeur de l’Agence de promotion du commerce et des investissements de São Toméo (ACPI), au cours d’une réunion avec la presse pour faire le point sur l’organisation de l’événement, accompagné de représentants d’autres responsables de l’agence – ACPI, à savoir Celina Lima, Sósimo Leal et Liudmila Leal.

Après avoir confirmé la présence de représentants du secrétariat permanent du Forum de Macao, M. Sósimo Leal, du département de la promotion de l’ACPI, la présence de représentants de la Guinée-Bissau, du Brésil et du Timor-Oriental n’était toujours pas confirmée, selon l’agence de presse STP Press.

« Nous allons avoir la présence d’entrepreneurs, des institutions publiques pour la promotion du commerce et des investissements, ainsi que d’autres entités », a déclaré M. Sósimo Leal, ajoutant que « cette réunion vise avant tout à renforcer la coopération commerciale et économique entre la Chine et les pays lusophones ».

En ce qui concerne les panels, M. Sósimo Leal a mis en exergue l’approche d’un thème sur la position géostratégique du marché São Toméen pour l’Afrique, à présenter par l’économiste Mme Maria das Neves, ancienne Premier ministre, et d’un autre panel sur les investissements chinois en Afrique, constitué par le docteur M. Carlos TINY, ancien ministre de Sao Tomé-et-Principe.

Outre des conférences sur les infrastructures, l’agriculture, la pêche, le commerce et les services, ce responsable de l’ACPI a également parlé de l’organisation d’échanges de contacts au cours desquels les participants, dans le cas d’entreprises, chercheraient à négocier une éventuelle participation à des projets d’intérêt commun.