Angola, Cap-Vert, Mozambique : Une amelioration quant a leurs perspectives economiques

By | January 14, 2019

Les prévisions de croissance économique de l’Angola, le Cap-Vert et le Mozambique en 2019 et 2020 sont révisées à la hausse par la Banque mondiale, contrairement à la Guinée-Bissau.

Dans les prévisions économiques mondiales de 2019 publiées la semaine dernière, la Banque mondiale a confirmé que l’année 2018 était la troisième année consécutive de contraction de l’économie angolaise, avec un recul de l’activité de 1,8%, ce qui correspond à une performance inférieure de 3,5 points de pourcentage aux prévisions précédentes.

Toutefois, pour l’année 2019, la Banque mondiale relève ses prévisions de croissance du PIB angolais (2,9%, plus 0,7 point de pourcentage par rapport aux prévisions précédentes) et en 2020 (2,6%, plus 0,2 point de pourcentage).

En 2018, si la baisse était due à la contraction de la production pétrolière, la reprise de cette année s’appuie sur une « reprise du secteur pétrolier, avec la mise en production de nouveaux puits et une reprise de l’activité dans le secteur pétrolier, avec les réformes visant à stimuler l’environnement des entreprises », tel que mentionné dans l’étude.

Concernant le Mozambique, la Banque mondiale maintient ses prévisions de croissance pour l’année 2018 à 3,3%, et a augmenté ses prévisions pour l’année 2019 à 3,5% de 0,1 point de pourcentage et les prévisions d’ici 2020 à 4,1%

Toutefois, la situation de la Banque mondiale a adressé plusieurs avertissements au Mozambique, en raison du ratio dette / PIB, qui a augmenté de près de 50 points de pourcentage depuis l’année 2013, pour atteindre 102% l’an dernier, avec des paiements d’intérêts de 2,6% des recettes de l’État à 16,5%.

« Cette détérioration s’est accompagnée d’une aggravation des déficits, la politique budgétaire restant libre dans un scénario de baisse des prix des matières premières et de baisse de croissance, et a été exacerbée par l’inclusion en 2016 de dettes commerciales jusque-là non divulguées », mentionnait le rapport de la Banque mondiale.

À la fin de 2018, le Mozambique figurait dans l’indice de viabilité de la dette de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international en tant que pays endetté, comme le Zimbabwe, le Soudan du Sud ou la Gambie.

Selon les prévisions économiques de la Banque mondiale, le Cap-Vert devrait progresser de 4,5% l’an dernier, soit une hausse de 0,3 point par rapport aux prévisions précédentes.

La tendance à l’accélération de la croissance devrait être encore plus forte cette année (4,7%) et en 2020 (4,9%), avec des révisions à la hausse respectivement de 0,7 point et de 0,9 point.

En termes de prévisions de croissance économique, la Banque mondiale reste beaucoup plus pessimiste à propos de la Guinée Bissau, réduisant les prévisions pour l’année 2018 de 1,2 point de pourcentage (à 3,9%).

Les prévisions pour l’année 2019 (4,2%) et pour l’année 2020 (4,4%) ont été révisées à la baisse d’un point de pourcentage.

(macauhub)