Angola : Des entreprises chinoises intéressées par le chemin de fer de Benguela

By | July 10, 2019

Les hommes d’affaires chinois souhaitent utiliser le chemin de fer de Benguela (CFB) pour acheminer leurs marchandises de l’intérieur de l’Angola et des pays voisins vers les marchés internationaux, a déclaré mardi à Lobito l’ambassadeur de Chine en Angola.

L’agence de presse Angop, citant les déclarations de l’ambassadeur Gong Tao, mentionne China Harbour Engineering Corporation, responsable de la reclassification du port de Lobito en 2013, COSCO et Sinotrans, axée sur la logistique, transport maritime et ferroviaire.

L’ambassadeur a ajouté que les produits de base et les matières premières produits tant à l’intérieur de l’Angola que dans les pays voisins sans accès à la mer, tels que la République démocratique du Congo et la Zambie, peuvent utiliser ce corridor de la CFB et le port de Lobito pour atteindre le marché y compris la Chine.

M. Luís Teixeira, président de la compagnie de chemin de fer de Benguela, a déclaré lundi que le fret ferroviaire, y compris le minerai en provenance de la République démocratique du Congo, sera renforcé par 300 nouveaux wagons commandés au groupe chinois Sinotrans.

S’exprimant à l’issue de la visite de l’ambassadeur de Chine, M. Luís Teixeira a déclaré qu’avec l’arrivée des wagons, le transport de fret passera de 94 000 tonnes / an à plus de 300 000 tonnes, trafic international compris, où il se démarque les mines extraites dans les régions de Catanga, RD Congo.

Sans indiquer ni la date ni le montant à investir dans l’acquisition de nouveaux équipements, Luís Teixeira a seulement fait savoir que ces wagons seraient payés au moyen de remises sur fret, le groupe Sinotrans étant un client de la CFB et possédant également une participation dans les mines du Congo.

Avec une ligne de chemin de fer de 1 444 kilomètres reliant Lobito à Benguela et Luau, dans la province angolaise de Moxico (est), à la frontière avec la RDC, le chemin de fer de Benguela transporte déjà du minerai vers le port atlantique de Lobito dans le cadre d’un accord de coopération signé en 2017 avec la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC).