ANGOLA: LE RESERVOIR DU BARRAGE DE LAUCA REMPLI POUR FEVRIER 2017

By | December 6, 2016

Le réservoir de l’usine hydroélectrique de Lauca devrait commencer à être rempli d’eau dès le mois de février 2017, un processus qui prendra 4 mois pour atteindre une profondeur qui permettra à la production d’électricité de s’enclencher, a déclaré le directeur du projet.

M. Elias ESTEVÃO a déclaré à Jornal de Angola que l’installation de lignes de transport d’électricité reliant Lauca au barrage de Capanda est en cours. Les travaux sur le barrage de Capanda devraient être terminés au plus tard ce mois-ci et M. ESTEVÃO a ajouté que des lignes de transmission de puissance seront installées reliant Lauca à Cambambe et Lauca à Cacuso, Calandula et Malanje.

Le barrage de Lauca, considéré comme le plus grand projet de génie civil et mécanique en Angola, est situé à 47 kilomètres de l’installation hydroélectrique de Capanda, à Malanje, et à 400 kilomètres de Luanda.

Avec un investissement de 5 milliards de dollars, qui comprend la construction, la production, l’approvisionnement et la mise en service du réseau de transport d’énergie, le projet hydroélectrique de Lauca est le troisième barrage en construction sur le Kwanza, après les barrages Cambambe et Capanda et le deuxième sous construction en Afrique.

Le barrage a une hauteur de plus de 100 mètres, l’équivalent d’un bâtiment de 44 étages et occupe une superficie de 24 000 hectares, y compris le réservoir.

La mise en service de l’usine principale, à partir du premier semestre de l’année prochaine, bénéficiera à plus de 5 millions de personnes dans le nord, le centre et le sud de l’Angola.

Ce projet est issu d’une étude d’inventaire réalisée dans les années 1950, sous l’impulsion de la Société publique d’études et de finance d’outre-mer (Sonefe) à l’Hydrotechnic Corporation (États-Unis), qui a été reprise en 2008 avec la réalisation d’études de faisabilité demandé par le gouvernement angolais au groupe brésilien Odebrecht.

Les travaux de détournement de la rivière comprenaient l’excavation de deux tunnels sur la rive droite du Kwanza, de 14 mètres de diamètre, et ont duré 20 mois. La deuxième phase du projet comprenait la construction de l’usine principale et le centre écologique et la troisième étape comprend la composante électromécanique et les lignes de transmission. (macauhub)