DES PAYS COMME LE MOZAMBIQUE, LA GUINEE-BISSAU ET SAO TOME-ET-PRINCIPE DEVRAIENT DIVERSIFIER LEURS EXPORTATIONS

By | January 16, 2017

Les pays en développement et à faible revenu, comme le Mozambique, la Guinée-Bissau et Sao Tomé-et-Principe, devraient chercher à diversifier leurs économies et leurs exportations, a déclaré le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport récemment publié.

Le rapport sur les «pays en développement à faible revenu» qui exportent des matières premières indique que ces pays restent sous une «pression économique importante», avec une croissance anémique, des déséquilibres budgétaires importants et des positions faibles de réserves étrangères.

Le document précisait que les pays dont les exportations sont plus diversifiées «sont généralement mieux placés», bien que certains d’entre eux aient été touchés par le recul des envois de fonds, par les catastrophes naturelles et les conflits et l’impact de la contraction des programmes de stabilisation macroéconomique ».

Le document avertit que le fort ajustement des prix des produits de base situe les pays à faible revenu dans une situation économique critique à long terme, mais a déclaré que ces pays restent stables « s’ils ont un portefeuille diversifié d’exportations de matières premières. »

Le FMI admet que les principales conclusions du rapport sont déjà connues et incluent les pays qui dépendent des exportations de matières premières qui restent en difficulté économique alors que les prix des produits entrent maintenant dans la troisième année de déclin et d’un accroissement du niveau de la dette publique, ce qui résulte d’une augmentation des emprunts et de la dette pour compenser la baisse des revenus.

Le FMI divise les pays à faible revenu en trois grandes catégories: les exportateurs de combustibles, ceux qui ont des matières premières non combustibles et ceux qui ont des exportations diversifiées.

Concernant les exportateurs de carburant, par exemple, le Produit Intérieur Brut est passé d’une croissance moyenne de 5,7% en 2014 à une contraction de -1,6% en 2016 et le déficit budgétaire est passé de 1,9% du PIB en 2014 à 5,5% en 2016.

En ce qui concerne les pays exportateurs de matières premières non combustibles, la baisse a été sensiblement inférieure, le taux de croissance du PIB est passé de 5,3% en 2014 à 2,8% en 2016 et le déficit budgétaire passant de 2,3% du PIB en 2014 à 3,8% en 2016.

Le dernier groupe a quant à lui maintenu son taux de croissance économique de 6,4% en 2014 à 6,1% en 2016, le déficit budgétaire devant progresser légèrement, passant de 3,8% en 2014 à 4,6% en 2016.

(macauhub)