Des techniciens chinois réalisent des levés géologiques pour la construction d’un port de pêche en Guinée-Bissau

By | November 9, 2017

Une équipe de techniciens en provenance de Chine qui effectue depuis le mois d’octobre des travaux de prospection géologique dans le cadre du projet de construction de la deuxième phase du port de pêche d’Alto Bandim à Bissau, en Guinée-Bissau, a récemment achevé ses travaux, selon les précisions apportées jeudi par le directeur administratif du port.

M. Hugo Nosoline Vieira a déclaré que l’équipe chinoise a foré un total de 24 trous sur terre et en mer à côté du port, précisant que les échantillons collectés seront maintenant envoyés à un laboratoire spécialisé en Chine, l’une des conditions nécessaires pour finaliser le projet.

Dans le cas de l’obtention de résultats sont positifs, la construction de la deuxième phase du port de pêche, dont le projet est entièrement financé sous forme de don, par la République populaire de Chine d’un montant de 26 millions de dollars, devrait débuter en janvier 2018, at-il ajouté.

L’accord relatif à ce don a été signé en août 2001 et depuis lors, trois équipes de techniciens chinois ont été envoyées par Pékin pour présenter le projet aux autorités de Guinée-Bissau, ainsi que pour effectuer des prospections topographiques et géologiques terrestres et maritimes près du port de pêche.

Le projet comprend la construction d’un pont flottant de 50 mètres le long de la rampe existante, le pavage et la construction de fossés de drainage, un réservoir d’eau d’une capacité de 1 000 mètres cubes et le déblayage des nouvelles infrastructures ainsi qu’un système anti-érosion , des escaliers pour débarquer des poissons et des digues pour la protection des navires.

La première phase de la construction du port de pêche d’Alto Bandim a été financée par la Banque africaine de développement à hauteur de 4 millions de dollars et comprenait la construction d’une jetée, d’une vente aux enchères de poisson et d’un bâtiment administratif.

Le gouvernement s’attend à ce que l’installation fournisse les conditions pour effectuer les inspections et observer les exigences d’hygiène recommandées avant la consommation domestique et l’exportation de poisson.