L’Angola facilite les echanges transfrontaliers

By | October 11, 2018

L’Angola a présenté une législation visant à faciliter à petite échelle les échanges transfrontaliers avec les pays voisins, à l’instar de la République démocratique du Congo et la Namibie, y compris les produits agricoles et industriels, selon la coordination régionale de Legis-PALOP +.

Avec l’approbation d’un nouveau décret présidentiel, les procédures d’exemption des opérations de commerce extérieur menées par les résidents des zones frontalières angolaises ont commencé à s’appliquer à partir du 11 septembre.

Le commerce frontalier est donc exempt de droits de douane s’il est destiné à l’autoconsommation ou concerne des produits de subsistance, à condition que leur valeur totale n’excède pas le salaire minimum national, par jour et par bénéficiaire, et ne soit pas à usage commercial.

L’exemption concerne les produits issus de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage sur le territoire angolais, les produits industriels fabriqués sur le territoire angolais ainsi que les produits alimentaires importés.
Ce régime exceptionnel exclut les échanges systématiques de produits supposés avoir une fin commerciale, ainsi que les opérations commerciales dont la quantité et la valeur dépassent les limites indiquées ci-dessus, qui relèvent des règles relatives aux opérations de commerce extérieur.

Les importations, exportations et réexportations de biens et services entre l’Angola et les pays voisins en sont exclues car ne relevant pas du champ d’application du présent règlement, qui sont soumises au régime de licence applicable aux opérations de commerce extérieur.
Les produits tels que le ciment et le clinker, les carburants et leurs dérivés et les produits soumis à la protection de la faune et de la flore ne sont pas couverts.

(macauhub)