L’Angola leve l’embargo sur l’exploitation commerciale des ressources forestieres

By | July 31, 2018

Il est prévu par le ministère angolais de l’Agriculture et des Forêts de lever l’embargo sur l’exploration des ressources forestières le 8 août prochain avec l’ouverture de la campagne 2018 lors d’une cérémonie qui se déroulera dans la province de Moxico, a annoncé le directeur national des forêts angolaises, M. Domingos Nazaré Veloso.

M. Nazaré Veloso a indiqué que la cérémonie aura lieu lors du prochain conseil consultatif du Ministère de l’Agriculture et des Forêts, les 8 et 9 août dans la ville de Luena, capitale de la province de Moxico.

En effet, l’ordre de suspendre toutes les activités liées à l’exploration des ressources forestières a été décrété au mois de janvier par le ministère de l’Agriculture et des Forêts, lorsque les nouvelles de l’abattage illégal à travers le pays étaient répandues, avec les provinces de KwandoKubango et de Moxico considérées comme les zones principales où cela se produisait.

En plus de l’abattage sans discernement, le traitement ultérieur du bois, du transport à la vente, constituait une autre préoccupation des autorités. À cet égard, les Ministères de l’agriculture, de l’intérieur et des transports ont approuvé en 2016 un décret exécutif commun, qui régit le transport interprovincial du bois.

Au moment où la suspension a été annoncée, le ministère de l’Agriculture a justifié la mesure avec la nécessité d’adapter le fonctionnement du secteur à une nouvelle législation, approuvée en 2017, remplaçant les lois en place depuis la période coloniale.

A l’instar de la loi précédente, la nouvelle législation permet aux citoyens nationaux d’explorer les ressources forestières mais leur exportation nécessite la présentation préalable de la preuve de paiement par dépôt dans l’une des banques du pays ou d’une lettre de crédit des devises correspondant à l’expédition de mètres cubes à explorer dans une zone donnée.

L’Angola détient une superficie forestière estimée à 69,3 millions d’hectares, représentant 55,6% de sa superficie, et des réserves de bois commerciales estimées à 4,5 milliards de mètres cubes.

(macauhub)