L’Angola recueille 34 millions de dollars US grâce à la privatisation de sept sociétés

By | April 8, 2020

L’Angola a levé 19 milliards de kwanzas, soit environ 34 millions de dollars de la privatisation de sept entreprises agro-animales et agro-industrielles à cinq sociétés angolaises privées, après la signature jeudi à Luanda des contrats officiels pour ce processus.

Les contrats ont été signés par le président de l’IGAPE, monsieur Patrick Vilar, et par des représentants des sociétés d’achat, Pérola do Kikuxi, Telegest, Sociedade Agro-pecuária do Bailundo et les groupes Edson Droves et FF Empreendimentos.

Les attributions sont le fruit d’un appel d’offres lancé en juin 2019 pour la privatisation des entreprises publiques, opération qui a vu, en août, l’ouverture des offres prolongée jusqu’en octobre, date à laquelle les résultats ont été annoncés.

Pérola do Kikuxi a acquis l’abattoir modulaire de Luanda, évalué à 600,5 millions de kwanzas, ainsi que le complexe Catete Silo, évalué à 1,330 milliard de kwanzas.

Telegest a acquis l’abattoir modulaire de Porto Amboim, tandis que la Sociedade Agro-pecuária do Bailundo a acquis l’abattoir industriel de Camabatela pour 2,5 milliards de kwanzas.

Le groupe Edson Drove a acheté l’entrepôt frigorifique Caxito, doté d’un budget de plus de 700 millions de kwanzas et l’usine de tomates et de bananes Caxito, évaluée à plus de 2 milliards de kwanzas, tandis que le groupe FF Empreendimentos a acheté la ferme agro-industrielle de Camaiangala, située dans la province de Moxico, pour environ 8,9 milliards de kwanzas.

Les actifs faisaient partie de l’appel d’offres public 5/2019, qui comprenait également l’abattoir modulaire de Malanje, une usine de conserve, une usine de transformation de tomates et l’entrepôt réfrigéré de Dombe Grande, l’usine de transformation de tomates et l’entrepôt réfrigéré de Namibe, ainsi que les complexes de silos, de Caconda, Caála, Catabola, Ganda et Matala.

L’IGAPE a déclaré que ces sociétés avaient reçu des offres ou des propositions inférieures aux valeurs stipulées et qui n’avaient pas été acceptées par le comité de négociation nommé pour guider le processus.