Le Delta de la rivière des Perles et Macao sont une «terre d’opportunité» pour les commerçants africains

By | January 9, 2017

Selon plusieurs chercheurs, le delta de la rivière des Perles, Hong Kong et Macao constituent la ‘base’ préférée des commerçants africains en Chine qui y ont trouvé là-bas ‘beaucoup d’opportunités’.

Les données citées dans un article de la Revue Stratégique pour l’Afrique australe du Pr. Carlos Lopes, universitaire de Guinée-Bissau et ancien président de la Commission économique des Nations Unies, montrent que 500 000 Africains résident actuellement en Chine, dont 100 000 à Guangzhou, Les prochaines destinations préférées étant Hong Kong et Macao.

Parmi les facteurs qui ont contribué à l’attractivité de la région en général et de la ville de Guangzhou en particulier, il y a les liens vers la province de Guangdong, qui est une base pour les produits industriels prisés dans les pays d’origine des migrants, selon les données recueillies par le chercheur académique Adams Bodomo.

Dans un récent article publié dans The Diplomat, Mme Elleka Yost Watts a déclaré que les commerçants ont capitalisé sur la disponibilité significative de produits à faible coût, l’électronique et d’autres, qui permettent de réaliser des bénéfices substantiels dans le commerce avec leurs pays.

« Entre autres facteurs, l’expansion rapide des relations économiques entre les Africains et Guangzhou a créé de nombreuses opportunités pour les entrepreneurs migrants africains ayant créé des communautés dans la ville », a déclaré Dr. Lopes, citant des chercheurs chinois.

Entre 1996 et 2008, le commerce entre Guangzhou et l’Afrique a été multiplié par six, passant de 500 à 3 milliards de dollars US et les exportations à travers la ville ont été multipliés par dix.

Une étude menée en 2014 auprès de 205 commerçants de plus de 50 pays africains résidant à Guangzhou a montré que le revenu moyen est d’environ 30 000 yuans, soit près de 4 500 dollars, soit nettement plus que la moyenne des travailleurs chinois.

« La plupart des commerçants sont des travailleurs indépendants, ce qui augmente la perception du succès. C’est certainement un développement surprenant pour les concurrents chinois locaux. Peu à peu, cela influence le comportement du marché envers les entrepreneurs africains et montre le potentiel du continent aux petites et moyennes entreprises situées à Guangdong », a déclaré M. Lopes.

Compte tenu du poids des négociants africains, le Dr. Lopes affirme même qu’il y aurait « un impact significatif sur l’économie du sud de la Chine », si ceux-ci venaient à disparaître.

L’importance des liens linguistiques, culturels et commerciaux créés par cette communauté est également mise en évidence par le nombre de vols vers la région, desservie par les principales compagnies aériennes africaines comme Egypt Air, Kenya Airways, South African Airways et Ethiopian.

En termes d’éducation, le nombre d’étudiants africains a augmenté de façon significative, Macao étant un centre universitaire pour la langue portugaise.

La Région administrative spéciale de Macao a acquis de nouvelles institutions, dans le domaine économique et commercial, orientées vers l’élargissement des relations avec les pays lusophones.

La stratégie « Une courroie, Une Voie – One Belt, One Road’ » et le renforcement de la capacité de production des pays lusophones font partie du prochain plan d’action du Forum de Macao, issu de la conférence ministérielle des 11 et 12 octobre 2016, l’internationalisation de la monnaie chinoise, afin de faciliter les investissements et le commerce – pour les entreprises – et le financement – pour les États, pour lesquels le secteur financier de Macao sera un axe majeur.

Une autre nouveauté de la conférence a été que le siège du fonds doté d’un montant d’1 milliard de dollars US pour les investissements dans les pays lusophones, annoncé par la Chine en 2013, sera transféré de Pékin à Macao pour faciliter les contacts avec les potentielles parties intéressées.

Une Chambre de Commerce Africaine a récemment ouvert à Macao pour promouvoir les affaires et attirer les investissements chinois en Afrique.

(Macauhub)