Le gouvernement mozambicain paie une dette publique à 4000 entreprises

By | December 2, 2019

Les arriérés seront payés par quatre mille créanciers de la fourniture de biens et de services de 2007 à 2017, mais dont les paiements sont conditionnels à l’absence d’approbation du tribunal administratif, a annoncé la Confédération des associations économiques du Mozambique, en abrégé – CTA.

Le président de la Confédération des associations économiques du Mozambique – CTA, monsieur Agostinho Vuma, a précisé que l’institution avait reçu du gouvernement une communication l’informant qu’elle était prête à payer ses dettes et que cette décision contribuerait au redressement des entreprises ciblées.

Le ministre de l’Economie et des Finances avait déjà exprimé son intention de rembourser ces dettes lors d’une récente réunion avec des journalistes à Maputo, au cours de laquelle il a expliqué qu’en 2017, le gouvernement avait pris la décision de “renforcer les relations avec les agents économiques en Il leur incombait d’encourager les entreprises à produire davantage et à créer des emplois », a déclaré le journal mozambicain Notícias.

Monsieur Adriano Maleiane a faii observer qu’à l’époque qu’il avait été découvert qu’environ 19 milliards de Meticais (296,875 millions USD) étaient endettés pour la période 2007/2017, dont environ 16 milliards étaient dus par des organismes du niveau central et trois au niveau provincial.

Selon Maleiane, l’opération de validation résultant de cette décision de l’Inspection générale des finances a abouti à la division de la dette en trois grands groupes, le premier consistant en des créanciers ayant des contrats visés par le tribunal administratif, soit un total de 1196 entreprises.

L’autre groupe est composé de 1933 entreprises dont l’inspection a permis de constater qu’elles fournissaient bien des biens et des services mais n’avaient pas les contrats en leur possession ou, si elles en avaient, n’étaient pas visées par le tribunal administratif.

Dans le troisième groupe, selon le ministre de l’Economie et des Finances, 1158 sociétés ont été regroupées, lesquelles, selon l’inspection, n’avaient ni contrat ni preuve de la fourniture d’un bien ou d’un service à l’État.

D’après l’évaluation effectuée, sur les 19 milliards de méticais en circulation, 5,7 milliards n’ont pas été reconnus et 2,6 milliards ont été validés, mais n’ont pas été payés en raison de l’absence de contrats ou de l’absence de seings.