Le Mozambique cherche des solutions pour mettre les noix de cajou sur le marché

By | April 1, 2020

L’Institut national de la noix de cajou (Incaju) du Mozambique est à la recherche de marchés alternatifs, y compris nationaux, pour surmonter le problème créé par le gouvernement de l’Inde, qui a augmenté la surtaxe à l’importation de noix de cajou de 45% à 70%, a déclaré un panel de l’institut.

Monsieur Lúcia António, chef de la division Industrie à Incaju, a déclaré au quotidien mozambicain Notícias, que l’industrie mozambicaine de la noix de cajou traverse des moments difficiles en raison de cette décision, principalement en raison du fait que l’Inde, le principal marché et le plus grand transformateur au monde (à propos de millions de tonnes par an), être l’une des principales destinations du produit mozambicain.

«Afin de minimiser l’impact de la réduction des exportations mozambicaines sur l’économie du pays, Incaju est à la recherche d’autres marchés, afin de promouvoir l’utilisation des noix dans l’industrie alimentaire, pour la production de farine, de lait et de beurre, entre autres produits, ainsi que comme dans les cosmétiques », faisait-il observer.

Lúcia António a déclaré au journal que la noix de cajou est une source importante de devises étrangères pour le Mozambique, exportée comme matière première et produit fini.

À titre d’exemple, entre 2017 et 2019, plus de 80000 tonnes de noix brutes ont été exportées en termes cumulés, le pays levant 116 millions de dollars américains, dont 76% en Inde et 24% au Vietnam.

Au cours de la même période, 24 000 tonnes de noix transformées ont été exportées, ce qui a généré des revenus de 155 millions de dollars US.

L’amande transformée au Mozambique est à destination de l’Europe (36%), des États-Unis (30%), du Liban (9%), d’Afrique du Sud (9%), du Vietnam (10%) et en Inde (6%).