Le Mozambique en état d’urgence à compter du 1er avril

By | April 1, 2020

Le Mozambique a commencé à zéro aujourd’hui, le 1er avril, l’état d’urgence de 30 jours, décrété par le président de la République, monsieur Filipe Nyusi, en raison de l’épidémie et de la nécessité de contrôler la propagation du nouveau virus corona, qui a officiellement infecté huit au Mozambique, a rapporté la presse locale.

Le Président, dans une déclaration à la nation, a annoncé que les Mozambicains doivent donc respecter les restrictions de circulation et autres mesures spécifiques qui doivent être annoncées par le Conseil des ministres.

L’état d’urgence décrété par le président Nyusi renforce les mesures déjà adoptées face à la pandémie de Covid-19, y compris la suspension des classes de l’enseignement préscolaire à l’enseignement universitaire dans l’enseignement public et privé, ou la participation à funérailles et services religieux de plus de 50 personnes.

L’observation d’une quarantaine obligatoire de 14 jours pour les personnes arrivant au Mozambique en provenance de pays touchés par le nouveau virus corona ou qui ont été en contact avec une personne infectée est une autre mesure déjà en place.

Sous l’état d’urgence, la fermeture d’établissements commerciaux ou similaires ou, le cas échéant, la réduction de leur activité, le contrôle des prix des biens essentiels pour les citoyens, y compris ceux nécessaires pour lutter contre la pandémie, et la réorientation du secteur industriel vers la production des matériaux nécessaires pour faire face à la maladie.

Le président de la République a également déclaré que le renforcement des mesures s’étend aux limitations de la circulation intérieure et aux entrées par les frontières terrestres, aériennes et maritimes, ce qui implique un plus grand contrôle de la circulation sur n’importe quelle partie du territoire national, ainsi que le mouvement des frontières.

La déclaration de l’état d’urgence comprend l’interdiction de tout type d’événements publics ou privés, à l’exception des affaires urgentes de l’État.

À São Tomé et Príncipe, le président de la République, Evaristo Carvalho, a décrété la prorogation de l’état d’urgence sanitaire nationale pour 15 jours supplémentaires, à la demande du gouvernement face à la pandémie de Covid-19.

Cette prolongation de l’état d’urgence fait suite au premier décret présidentiel signé par le président de la République le 17 mars, après l’autorisation accordée par l’Assemblée nationale, le parlement, à la demande du gouvernement dirigé par monsieur Jorge Bom Jesus face à la pandémie.

Malgré la déclaration selon laquelle il n’y a pas de cas de virus corona dans le pays, sur la base de l’état d’urgence, le gouvernement de Bom Jesus a annoncé l’interdiction d’entrée dans le pays de tous les citoyens étrangers, la quarantaine obligatoire pour les nationaux, la fermeture des frontières, l’interdiction des grands agglomérations, suspension des cours dans les écoles publiques et privées, entre autres mesures exceptionnelles.