Le nouveau président angolais resserre les relations économiques avec les pays lusophones

By | February 12, 2018

M. João Lourenço le président angolais visitera le Brésil et le Cap-vert, les 2 premiers pays à la recevoir et qui marque l’importance des relations stratégiques avec les deux pays lusophones, notamment sur le plan économique.

Le 3 mai prochain, le chef de l’Etat angolais devrait entamer une visite officielle au Brésil, lors d’une visite à Luanda du ministre brésilien des Affaires étrangères, M. Aloysio Nunes, au cours de laquelle il a annoncé un financement de 2 milliards de dollars.

Au cours des différents échanges, M. Manuel Augusto, le ministre angolais des Affaires étrangères a également souligné l’intérêt d’une coopération commerciale efficace et performante, favorisant la mise en place de partenariats public-privé et / ou la création de sociétés à capitaux mixtes angolais-brésiliens. L’objectif est de développer et de diversifier l’économie angolaise dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture, de l’agro-industrie, de la fabrication, de la santé, de l’éducation et de l’enseignement supérieur, ainsi que dans les secteurs économique et financier.

Le président Lourenço a également confirmé sa participation au sommet qui se tiendra au mois de juillet prochain de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), et qui aura lieu au Cap-Vert, selon les informations du ministre des Affaires étrangères et des Communautés du Cap-Vert, M. Luís Filipe Tavares, qui a également effectué une visite officielle en Angola la semaine dernière.

M. Tavares a ajouté que le Cap-Vert visait à ce que le sommet se tienne les 17 et 18 juillet et que la visite d’Etat ait lieu à une date ultérieure.

La visite du ministre du Cap-Vert a également préparé le voyage dans le pays du Premier ministre capverdien M. Ulisses Correia e Silva, probablement en avril.

La visite du chef du gouvernement du Cap-Vert en Angola sera sa première visite dans un pays africain.

Le bulletin de l’Africa Monitor Intelligence a rapporté que le prochain sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CPLP est considéré dans les cercles diplomatiques proches de l’organisation comme un tournant en termes de manque d’agenda, aux côtés des problèmes financiers qui ont affecté le fonctionnement de l’organisation au cours des dernières années.

Dans la dernière phase de la présidence brésilienne de la CPLP – qui sera transférée au Cap-Vert, au prochain sommet, avec le secrétariat exécutif de Sao Tomé-et-Principe au Portugal – le Brésil a gagné et cru en influence au sein de l’organisation, selon la lettre d’information.

La semaine dernière, à la demande du Brésil, une réunion de haut niveau sur l’agriculture familiale et le développement durable s’est tenue à Lisbonne, en collaboration avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et présidée par le Brésilien M. José Graziano da Silva.