Le soutien de l’Union Européenne au Mozambique dépend d’un accord préalable avec le FMI

By | April 3, 2020

Le représentant de l’Union européenne au Mozambique, monsieur António Sanchez-Benedito, a déclaré que les conditions nécessaires font toujours défaut pour qu’il soit possible de reprendre un soutien direct au budget de l’État du pays, a rapporté le journal mozambicain O País.

Le représentant de l’Union européenne au Mozambique, António Sanchez-Benedito, a déclaré que les conditions nécessaires font toujours défaut pour qu’il soit possible de reprendre un soutien direct au budget de l’État du pays, a rapporté le journal mozambicain O País.

Le journal cite l’économiste João Mosca disant que les deux aspects mentionnés par le représentant de l’Union européenne n’existent pas au gouvernement du Mozambique « car il n’y a pas de transparence dans la gestion des recettes publiques ou dans le service de la dette ».

« Il n’y a pas de transparence contractuelle, il y a un niveau d’endettement excessif de l’Etat, on ne sait pas pourquoi il le reste, il n’y a pas de limites concernant les dépenses publiques afin de maintenir la stabilité budgétaire », d’après les explications de l’économiste.

Le CIP – Center for Public Integrity qui est une organisation non gouvernementale, a mis en garde contre le risque d’une mauvaise gestion des finances publiques par le gouvernement, étant donné le manque de responsabilité dans la gestion de la dette publique.

Le CIP précise que les limites d’emprunt et d’émission de garanties sont fixées par le gouvernement sans justification plausible, rappelant que la limite pour l’année 2020 est de 19,4 milliards de meticais, soit environ 287 millions de dollars «sans aucune justification pour ce nombre ».