L’économie angolaise renouera avec la croissance en 2021 après deux ans de contraction, selon l’EIU

By | May 24, 2019

Selon le dernier rapport sur l’Angola publié par l’Economist Intelligence Unit (EIU), l’économie enregistrera un taux de croissance positif de 4,2% cette année et une moyenne de 3,45% pour les deux prochaines années et une croissance positive d’ici 2021.

Après la contraction économique de l’Angola de 0,9% en 2018, EIU prévoit une contraction de 4,5% cette année et une nouvelle contraction de 30 points de base, à 4,8% d’ici 2020.

Les prévisions globales de l’Economist Intelligence Unit – EIU pour la période 2019-2023 indiquent que la production de pétrole aura tendance à diminuer d’année en année, passant de 1,4 million de barils par jour en 2019 à 1,3 million de barils en 2020, à 1,2 million de barils en 2021 et à 1,1 million les deux dernières années.

Le ministre angolais des Ressources minérales et des hydrocarbures, M. Diamantino Azevedo, a récemment appelé les sociétés pétrolières opérant en Angola à renverser le déclin de leur production.

Le ministre Azevedo a demandé aux représentants des compagnies pétrolières présentes à la réunion de travailler ensemble pour atteindre l’objectif de 1,49 million de barils par jour.

Cet objectif figure dans le plan de développement national 2018-2022 et dans le budget total national pour l’échéance 2019 en tant que source importante de recettes fiscales nationales.

Le rapport susmentionné de de l’Economist Intelligence Unit – EIU indiquait que la baisse de la production de pétrole pourrait entraîner une baisse de 12,6% de la valeur des exportations du pays en 2019, et que la valeur des exportations chuterait encore en raison du faible prix du pétrole attendu en 2020.

« Les exportations devraient rebondir en 2021 en raison de la hausse des prix du baril, mais la baisse attendue de la production entraînera une stagnation des revenus d’ici 2023 », indique le rapport.

Le rapport a également souligné que les importations avaient tendance à baisser en 2019, principalement en raison de la baisse de la demande intérieure et de la dépréciation continue du kwanza, la monnaie angolaise par rapport à l’euro et au dollar américain, de sorte que les biens importés ont continué à augmenter.

En raison de la chute des prix du pétrole, l’excédent du compte courant devrait passer de 7,6% du PIB en 2018 à 2,7% en 2019. En raison de cette baisse, le déficit du compte courant en 2020 devrait se réduire à 1,7% du PIB.

En raison du rebond des prix du pétrole, le compte courant réapparaîtra en 2021 (jusqu’à 0,5% du PIB), mais la chute des prix du pétrole conduira à un renouvellement du déficit en 2022 et 2023 – équivalant respectivement à 1% négatif et à 1,5% du PIB.