L’economie Capverdienne stimule la croissance en 2017 avec un taux de 3,9%

By | June 26, 2018

En 2017, l’économie capverdienne a ajouté au dynamisme économique déjà enregistré en 2016, en affichant une croissance de 3,9%, un dixième de point de pourcentage de plus qu’un an plus tôt, a rapporté à Praia la Banque du Cap-Vert dans son rapport annuel pour 2017.

« L’amélioration de la performance de l’économie (…) a été favorisée par le renforcement du cycle de relance des économies partenaires du pays et de leurs marchés du travail, ainsi que par des impulsions budgétaires (principalement par l’exécution d’investissements publics et un effet multiplicateur significatif) et les pulsions monétaires (en raison du renforcement des mesures d’assouplissement de la politique monétaire au mois de juin) », mentionnait le document.

Le rapport annuel de la banque centrale cap-verdienne ajoute que la croissance s’explique du côté de la demande par les apports positifs de la consommation privée et des investissements privés et publics et par l’augmentation de la valeur ajoutée brute des industries manufacturières, des infrastructures, des administrations publiques et de l’électricité, l’eau, le logement et la restauration et le commerce, dans un contexte de croissance de l’emploi dans les secteurs de la construction, de l’administration publique, du logement et de la restauration (0,8% en moyenne annuelle), un rythme plus rapide depuis 2011).

L’expansion de la demande globale, compte tenu des contraintes de capacité de production, a cependant entraîné une augmentation importante des importations et, par conséquent, l’aggravation des soldes commerciaux et courants et l’élargissement des besoins de financement de l’économie, qui n’ont pas été compensés par la croissance des entrées nettes, ce qui a conduit à une baisse des réserves de change nettes du pays, de l’ordre de 13 millions d’euros, pour la première fois depuis 2011.

Le document mentionnait que pour l’année 2017, les performances économiques du pays suggèrent qu’il va ajouter au cycle de reprise, avec un renforcement de sa capacité productive et sa résistance aux chocs exogènes (à savoir liés aux cycles économiques européens), afin d’atteindre les niveaux de bien-être souhaités. – en appelant les décideurs à concevoir et mettre en œuvre un cadre efficace de réformes structurelles.

(macauhub)