Les cabinets d’avocats exerçant en Angola sont soumis a la taxe industrielle

By | May 15, 2019

Selon le rapport de la base de données juridique des pays africains lusophones – Comité de coordination régionale du Timor oriental (Legis-Palop + TL), la nouvelle loi sur la fiscalité industrielle angolaise exige que le droit du travail soit payé par les cabinets d’avocats opérant et exerçant en Angola.

En outre, la nouvelle loi fiscale introduit également des méthodes de calcul pour le calcul des déductions fiscales et des incitations fiscales.

La loi n o 4/19, promulguée par le Président angolais, est entrée en vigueur et vise à «assurer souplesse, grande justice et l’équité en matière d’impôt sur les bénéfices des sociétés, en tenant dûment compte des spécificités nationales».

Les changements introduits comprennent l’inclusion des entités professionnelles exerçant sous la forme de sociétés ou de partenariats parmi les contribuables, et les entités dites professionnelles, «y compris les cabinets d’avocats (nationaux ou étrangers)».

En outre, conformément à l’esprit de cet impôt, les bénéfices et les pertes provenant d’actifs immobilisés et les transactions responsables, s’ils ne dépassent pas 7% par an, ne seront plus considérés comme des produits ou des charges.