Les investissements agricoles en Angola reduisent le deficit de production

By | August 10, 2018

Les investissements publics et privés réalisés dans le secteur agricole en Angola en cinq ans permettront au pays de produire les principaux produits du panier de base, a déclaré jeudi le ministre de l’Agriculture et des Forêts dans la ville de Luena.
« Les indicateurs montrent qu’année après année, le secteur agricole augmente ses revenus, en particulier dans l’agriculture familiale, mais aussi dans le secteur des entreprises, qui contribue de manière décisive à l’augmentation de la production nationale », a déclaré le ministre M. Marcos NHUNGA.
Le ministre, qui s’exprimait en marge du premier Conseil consultatif du ministère de l’Agriculture et des Forêts, qui se tient depuis mercredi dans la ville de Luena, a révélé qu’en termes de céréales, le pays enregistre un déficit de production de plus que 50%.
Le ministre M. NHUNGAa déclaré que le pays avait besoin annuellement de 5 millions de tonnes de céréales pour assurer la satisfaction de ses besoins en besoin alimentaire et en alimentation animale, et qu’il ne produit actuellement qu’un peu plus de 2 millions de tonnes, selon l’agence de presse Angop.
Afin de s’assurer que le pays produise la plupart des produits constituant le panier de base, L’agence de presse Angop a indiqué que le gouvernement avait pris la responsabilité de réduire les coûts de production en améliorant l’accès aux intrants, notamment les engrais, les pesticides et les semences.
Sans affecter le secteur des entreprises agricoles, il a déclaré que le soutien du gouvernement concernait principalement l’agriculture familiale, qui représente en Angola 80% de la production nationale.
La réparation des routes secondaires et tertiaires ainsi que l’électrification des principales régions à fort potentiel agricole et la facilitation de l’accès au crédit agricole figurent également dans le paquet de mesures approuvé par le gouvernement pour réduire les coûts de production, selon le ministre.
La production animale, allant des oiseaux aux petits et grands mammifères, aux côtés des ressources forestières sont les principaux thèmes analysés par le conseil consultatif, sous le slogan « le développement de l’agriculture comme base de la diversification économique du pays ».

L’Angola procèdera dès cette année à un recensement de l’agriculture et de la pêche qui donnera une idée relativement précise du nombre de chaque espèce comestible domestique, et la collecte des données devrait être achevée d’ici 2019.

(macauhub)