L’industrie extractive a permis au Mozambique d’engranger 2250 millions de dollars de recettes fiscales

By | March 18, 2020

L’État mozambicain a investi 150 milliards de meticais, environ 2250 millions de dollars, dans les revenus de l’industrie extractive au cours des cinq dernières années, a écrit le journal O País, citant des données révélées lors du lancement de la deuxième phase du programme «Gouvernance démocratique des ressources naturelles» pays ».

Le Mozambique est un point d’attraction pour les entreprises de référence mondiale dans le secteur des hydrocarbures et autres minerais, avec la société civile, pour faire en sorte que l’État profite de l’exploitation de ces ressources, lancée entre 2015 et 2019, à travers l’Institut pour la démocratie multipartite, le projet «Renforcement du rôle du parlement et des assemblées provinciales dans la supervision de l’industrie extractive au Mozambique».

«Il a été possible, en de nombreux moments, de présenter une vision basée sur des données et des chiffres, qui a été extrêmement informative pour le citoyen. Il a également été possible d’améliorer le lien entre les députés de l’Assemblée de la République et les assemblées provinciales avec les communautés », a déclaré Hermenegildo Mulhovo, directeur exécutif de l’Institut pour la démocratie multipartite (IMD).

Le projet, qui consiste à informer les députés afin que, par voie législative, ils défendent les intérêts du citoyen, passe à sa deuxième phase et est budgétisé à un peu plus de deux millions d’euros financés par l’Ambassade de Finlande au Mozambique.

« Nous pensons que dans un avenir proche, grâce aux investissements réalisés dans ce secteur, le pays pourra lever environ 2,1 milliards de dollars », a révélé le directeur exécutif d’IMD, soulignant que cette situation nécessite une bonne gestion au niveau national. et « nous avons vu que la gouvernance démocratique de ces ressources dépend du renforcement du rôle du parlement et des assemblées provinciales ».

Mme Laura Tórvinen, ambassadrice de la Finlande au Mozambique, a réaffirmé à l’occasion l’engagement de financer le projet, estimant que l’exploitation des ressources minérales peut améliorer la vie des Mozambicains.