MONTEE EN PUISSANCE DE MACAO, COMME DESTINATION INTERNATIONALE

By | December 10, 2016

Demandez à Mme Maria Helena DE SENNA FERNANDES, directrice de l’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO), au sujet de ses loisirs quand elle ne supervise pas son rôle dans la modernisation et l’expansion du secteur touristique et elle vous racontera son amour pour le ski lors de ses séjours vers des destinations enneigées. Quand on lui demande où est-ce que elle se sent le plus à l’aise à Macao, elle vous répondra que c’est la région du Temple A-Ma, lieu où elle a grandi et où son père travaillait.

Macao Magazine: Décrivez l’essence de Macao, vue sous le prisme de l’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO).

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Lorsque nous faisons la promotion de Macao, nous nous efforçons de souligner que Macao est constitué de l’Est et de l’Ouest ainsi que du traditionnel et de l’original. Cela résume ce que Macao est aujourd’hui. Il y a 15, 20 ans, le message était un peu différent parce que nous n’avions pas autant de nouvelles installations que celles que nous avons aujourd’hui. Nous assurons la promotion de nos événements tout en célébrant une grande variété de festivités orientales et occidentales, notre patrimoine culturel et historique et nos développements modernes.

Macao Magazine: L’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO) a fait la promotion de Macao dans le but d’attirer davantage de touristes internationaux. Quelles stratégies sont employées et déployées pour les différents pays? Pourriez-vous nous donner quelques exemples de ces stratégies et comment elles sont différentes les unes des autres ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Dans l’ensemble, lorsque vous observez les marchés internationaux, vous devez vraiment répondre à leurs goûts uniques et spécifiques, leurs moyens d’obtenir des informations et leur évolution démographique, puis vous essayez d’adapter à la fois votre message ainsi que la façon dont vous le livrez, pour susciter l’intérêt de Macao.

Chaque marché est différent compte tenu du niveau de sophistication requis qui varie: la façon dont les médias sont consommés est différente, et même l’utilisation des médias sociaux varie d’un endroit à l’autre. Parfois, vous devez vraiment rechercher et trouver la bonne méthode.

Par exemple, en République de Corée, nous utilisons de nombreux médias pour transmettre notre message: nous faisons de la publicité dans les journaux commerciaux, les journaux et magazines liés au tourisme ainsi que sur les plateformes de médias sociaux comme Facebook et Line, où nous créons des comptes en coréen. Communiquer dans leur langue maternelle est très importante. Nous devons également veiller à ce que nos campagnes de marketing véhiculent un sentiment de plaisir car, bien qu’il existe dans une certaine mesure un intérêt pour la culture et l’histoire, la plupart des touristes coréens veulent avant tout s’amuser. Pour créer des publicités qui ont un impact, nous mettons en exergue des vedettes de la télévision et de la musique coréennes. Un autre exemple est que les touristes japonais apprécient les expériences culturelles.

Macao Magazine: L’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO) emploie de nombreux représentants dans différents pays. Recourez-vous à eux pour faire des études de marché afin de savoir ce qui intéresse les gens ? Comment fonctionne cette collaboration ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Avoir un représentant sur le terrain a pour but de remplir un certain nombre d’objectifs : Ils sont plus en phase avec les tendances actuelles qui attirent les marchés locaux, et ils peuvent aisément faciliter le contact aussi bien avec les partenaires locaux que la population locale. Un représentant du marché nous guide dans la compréhension de la mentalité de notre public cible ; De temps à autre, ils effectuent également des recherches spécifiques, propres à chaque pays.

Simultanément, ici à Macao, nous effectuons nos propres recherches, en recueillant des données de marché et des commentaires de nos visiteurs : Leur opinion générale sur Macao ; Quels aspects de leur visite leur suscitent l’envie de revenir ; Et quels attraits et produits touristiques ils ont le plus apprécié.

Une recherche réussie fonctionne réellement dans les deux sens : Vous avez besoin des commentaires des personnes qui ont visité Macao ainsi que les aspirations des personnes qui n’ont pas effectué la visite.

Macao Magazine: Il y aurait-il des pays spécifiques qui vous ont surpris par leur nombre de touristes en visite à Macao ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Grâce à nos études de marché, nous sommes généralement assez précis en ce qui concerne nos projections touristiques. Nous sommes parfois confrontés à des taux d’augmentation pour lesquels nous ne nous attendions pas, comme celui de la Thaïlande, mais c’est toujours une bonne surprise ! Nous nous attendions à ce que le nombre de visiteurs de la Thaïlande se redresse après quelques années de déclin, mais nous ne nous attendions pas à une telle augmentation.

Un marché, cependant, toujours en dessous de nos attentes est la Malaisie. Nous devrions faire mieux compte tenu de la taille de sa population, l’intérêt général pour Macao, et la disponibilité des vols. C’est l’un des marchés que nous cherchons à cibler l’année prochaine.
Macao Magazine: À votre avis, concernant la Malaisie, pourquoi existe-t-il un tel écart ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : La Malaisie devrait bénéficier d’une attention générale de la part de Macao, mais je pense qu’une commercialisation plus ciblée de produits, de ce que Macao offre spécifiquement est très importante. Collaborer avec les agences de voyages locales et les compagnies aériennes qui s’associent à Macao sera crucial car il est urgent et bénéfique de trouver un moyen de communiquer avec notre public cible et de créer un buzz sur la visite de notre ville. Singapour, comme la Malaisie, sera également un marché sur lequel nous projetons de concentrer nos efforts en 2017.

Macao Magazine: Les visiteurs de différents pays connaissent-ils Macao différemment ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Oui et non parce que les gens sont différents. Nos recherches indiquent que les lieux les plus visités de Macao sont les ruines de Saint-Paul, qui occupent la 1ère place, tandis que le numéro deux, étonnamment, est COTAI, qui est toujours en développement.

Nous nous penchons sur les attractions actuelles et futures dans la région de Cotai qui pourraient être une immense attraction pour les visiteurs, mais je pense que le centre historique avec les ruines de Saint-Paul comme ancre, continueront d’attirer beaucoup de gens.

Macao Magazine: Au fil des ans, Macao a accueilli un nombre croissant d’événements, de spectacles et d’initiatives. Quel est le rôle de l’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao – MGTO dans la coordination et l’intégration de ces événements pour une meilleure expérience touristique ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Il est très difficile de mettre en œuvre un effort coordonné et global car de nos jours, il existe moult entités locales et internationales qui veulent faire des événements.

Les événements en plein air, en particulier, présentent des difficultés car Macao présente un créneau mensuel pendant lequel ils peuvent être en sécurité. Concernant les événements à l’intérieur, le calendrier des événements est serré, de sorte que trouver un créneau approprié n’est pas une tâche facile. Nous voyons heureusement s’ouvrir plus d’espaces, donc nous serons en mesure de diffuser les événements autour de la ville. Dans d’autres villes, vous pourriez avoir besoin d’une journée complète pour visiter une destination touristique, tandis qu’à Macao, vous pouvez visiter 10 endroits en une journée parce que tout est si proche, et juste à côté. Nous avons besoin de remplir l’itinéraire avec une grande variété de choses afin que les gens ne s’ennuient pas.

De nos jours, la capacité à fixer l’attention se rétrécit, si vous voulez capturer l’attention des gens, vous devez leur donner beaucoup de choses à faire, des lieux à visiter et des raisons de visiter. Les événements remplissent bien ces critères bien parce qu’ils fournissent une expérience nouvelle à chaque fois.

Il est très important de continuer à organiser des événements à Macao, mais essayer de planifier un calendrier raisonnable peut parfois être très difficile parce que tout le monde veut faire quelque chose de différent, et il y a seulement autant de créneau à remplir.

Macao Magazine: De plus en plus, Macao se concentre et s’oriente vers une transformation en un centre mondial du tourisme et des loisirs. Quelles en sont les implications et que reste-t-il à faire en matière de développement, car la ville se transforme en une destination favorite pour les touristes internationaux ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Les gens ont l’impression que le terme «centre mondial du tourisme et des loisirs» se réfère uniquement au tourisme, mais en fait, si vous regardez comme aspirations de la Région administrative spéciale de Macao, le gouvernement a une définition plus large qui englobe un bon système de soins de santé, une infrastructure efficace de transport et un style de vie pratique et confortable pour les résidents locaux en plus d’être une destination pour les visiteurs.

Concernant le tourisme, ce que nous devons apporter à ce concept de «centre mondial du tourisme et des loisirs» est double: d’une part, offrir une diversité de produits et d’autre part, attirer une diversité de visiteurs. Nous ne pouvons pas simplement être une destination pour les touristes chinois; nous devons donner à Macao un attrait global afin que nous puissions dire fièrement: «C’est une destination internationale, pas seulement régionale. »

Par conséquent, nous devons répandre et vanter les atouts de Macao et faire clairement savoir que la ville n’est pas seulement une destination de jeu et casinos, comme étant ancré dans notre héritage.

Macao Magazine: Quelles sont les stratégies mises en place pour équilibrer l’amélioration de l’expérience touristique et préserver la qualité de vie des habitants ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Bien sûr, la surpopulation est une question courante et récurrente dans l’expansion du tourisme, mais ce n’est pas uniquement la responsabilité de l’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO) ni un phénomène exclusif à Macao.

Nous sommes activement et continuellement en dialogue avec les gens du pays sur la valeur du tourisme grâce à notre campagne de sensibilisation, qui comprend l’éducation des résidents dans l’hospitalité et de faire en sorte que nos visiteurs se sentent bien accueillis. L’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO) est également en train de développer une campagne que nous appelons Tourisme Communautaire qui promeut des lieux d’intérêt dans les différents quartiers de Macao, par exemple la statue de A-Ma à Coloane.

Cela nécessite non seulement une prise de conscience concernant les endroits à visiter, mais aussi de connaître la logistique sur la façon d’y arriver, de sorte que nous nous coordonnons avec divers services au sein du gouvernement tels que le transport, l’application de la loi, etc. Il doit s’agir d’un effort conjugué de notre société dans son ensemble. Bien sûr, cela est plus facile à dire qu’à réaliser, mais nous devons tous donner le meilleur de nous-même et aller de l’avant.

Je dis souvent que «un produit touristique ne peut être un succès que si les habitants estiment qu’il s’agit d’un produit touristique de qualité». Généralement, les endroits chers aux habitants, qui leur tiennent à cœur, inspirent et excitent les touristes à visiter, pas l’inverse. Les visiteurs viennent parce qu’ils veulent une expérience authentique: ils veulent voir les endroits que les habitants adorent et goûter à la cuisine locale.

Macao Magazine: Pensez-vous que les habitants de Macao sont accueillants vis-à-vis des touristes ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Les habitants sont très accueillants. Quand ils voient quelqu’un qui semble perdu, ils essaient de le diriger dans la bonne direction, même s’il y a une barrière de la langue. Le désir d’aider est certainement présent.

L’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao – MGTO continuera notre campagne de sensibilisation en ce qui concerne l’hospitalité, en particulier auprès des jeunes générations, car l’avenir de l’hospitalité de Macao repose sur leurs épaules.

Macao Magazine: La superficie relativement petite de Macao limite le nombre de nouvelles attractions que nous pouvons offrir. Avec le développement de régions voisines comme Hengqin, existe-t-il un plan pour que ces régions adjacentes jouent un rôle et apportent un complément touristique de sorte que les visiteurs puissent en tirer avantage plutôt que de choisir l’une par rapport à l’autre ? Qu’en est-il des autres villes du Delta de la rivière des Perles ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Depuis 1993, nous avons conclu un accord de tourisme conjoint avec Hong Kong et la province du Guangdong.

Au cours des 15 dernières années, nous avons établi des collaborations plus directes avec Zhongshan, Zhuhai, Shenzhen, Guangzhou et Jiangmen – toutes les villes intéressantes avec des sites classés au patrimoine mondial – qui pourraient utiliser Macao comme base en raison de leur proximité.

Nous voulons toujours prolonger le séjour de nos visiteurs à une nuit supplémentaire, mais nous ne pouvons pas être aussi autonomes. L’ouverture à des partenariats avec nos partenaires régionaux nous sera en fin de compte profitable. Nous devons agrandir la tarte afin que tout le monde puisse manger une plus grande tranche.

Macao Magazine: Pensez-vous qu’il soit nécessaire de moderniser les infrastructures existantes, comme les musées ? La rénovation du ‘Grand Prix Museum’ pour son 50ème anniversaire s’inscrit-elle dans cette initiative ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Rien n’est figé. Je ne crois pas que chaque musée devrait être un musée moderne. Toutefois, la technologie moderne peut le cas échéant, améliorer la présentation des objets exposés. Par exemple, nous avons joué avec le ‘Grand Prix Museum’ parce qu’il présente des voitures, qui elles-mêmes sont des œuvres technologiques. Après avoir fait des recherches sur d’autres expositions et des installations de musées, nous avons estimé que le ‘Grand Prix Museum’ avait besoin d’une rénovation. Le concept original n’était pas bien adapté à un esprit contemporain.

La technologie moderne peut également offrir plus de commodité aux services publics qui profitent aux résidents locaux et aux visiteurs, mais le défi est d’équilibrer le contemporain avec l’historique de sorte qu’un endroit ne perde son caractère propre.

Macao Magazine: Combien de touristes recevra Macao en 2016 ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : À la fin de l’année, nous devrions rester stables, être à la barre des 30 millions, comme l’année dernière. Actuellement, nous ne cherchons pas à augmenter ce chiffre. En septembre, les chiffres relatifs au tourisme étaient semblables à ceux de l’an dernier, et nous aimerions les maintenir. Cette année a vu une augmentation de 7 pourcent en ce qui concerne les visiteurs internationaux, avec un déclin des touristes dans les terres.

Mais il est plus difficile d’attirer les visiteurs internationaux parce que nous sommes en concurrence avec d’autres destinations mondiales qui offrent plus de commodité et d’efficacité. A titre d’exemple, Macao ne dispose pas d’infrastructures robustes, comme l’aéroport, qui reste une base régionale.

Macao Magazine: Comment voyez-vous Macao à la fin de la décennie en 2020 ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Selon notre plan directeur en ce qui concerne l’industrie touristique, la projection s’inscrit dans une augmentation annuelle en moyenne de 3 pourcent. Nous ne recherchons pas une augmentation plus conséquente, car cela n’est pas une croissance saine ou durable pour Macao.

Macao Magazine: Lors de vos voyages à travers le monde, pensez-vous que les gens connaissent Macao ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : De nos jours, certainement oui. Mais auparavant, lorsque j’assistais à des salons internationaux et j’expliquais que j’étais originaire de Macao, je devais toujours l’expliquer par rapport à Hong Kong.

Aujourd’hui, les gens ont généralement entendu parler de la ville à partir de certains reportages ou ont effectivement visité Macao. Nous y voyons beaucoup plus l’intérêt qui est porté à Macao, et j’entends souvent les gens dire qu’ils ont apprécié leur voyage.

Macao Magazine: Est-ce le résultat du travail de l’Office de Tourisme du Gouvernement de Macao (MGTO) ?

Maria Helena DE SENNA FERNANDES : Je ne peux pas prendre tout le crédit [rires]! C’est une implication de plusieurs personnes. En amont, le gouvernement, mais également beaucoup d’efforts sont déployés par le secteur privé qui, comme nous, essaie d’attirer plus de visiteurs.

MACAO MAGAZINE, PAR CATARINA MESQUITA ET MARIANA CESAR DE SA, PHOTO PAR CHEONG KAM KA