Mozambique : La Banque mondiale annonce la mise en place d’une nouvelle stratégie

By | May 2, 2017

La Banque mondiale a adopté une nouvelle stratégie pour le Mozambique, qui prévoit un financement indicatif de 1,7 milliards de dollars à décaisser séquentiellement à une moyenne de 410 millions de dollars sur quatre ans, conformément à la déclaration publiée vendredi.

La stratégie est centrée sur un ensemble d’objectifs qui reflètent le plan quinquennal du gouvernement du Mozambique, les priorités de développement qui sont identifiées dans le diagnostic du groupe de la Banque mondiale et les avantages comparatifs de l’institution.

Le communiqué publié à Maputo fait mention de la reprise du soutien au budget public, suspendu après les révélations de la dette cachée, et dépend du progrès du Mozambique dans le rétablissement de la viabilité de la dette et la mise sur pied d’un cadre budgétaire et macroéconomique adéquat.

Le document cité par l’agence de presse AIM a mis en lumière l’élaboration de la stratégie en concertation avec les autorités mozambicaines et sa validation par une série de consultations avec les parties prenantes telles que le secteur privé, les partenaires au développement et la société civile.

La déclaration met en lumière les propos de M. Mark Lundell, directeur de la Banque mondiale au Mozambique, qui précise que cette nouvelle stratégie est adoptée à un moment crucial pour le Mozambique, parce que le pays a besoin de préparer et de se positionner comme un pays riche en ressources et de commencer à développer une économie plus diversifiée et productive.

L’attention de la Banque mondiale se concentre actuellement sur la façon d’aider le Mozambique à faire face aux conséquences macroéconomiques de la dette non divulguée et à restaurer la confiance et cela se fera en coordination avec le Fonds monétaire international, affecté pour les services de conseil et les questions relatives à l’assainissement budgétaire et la gestion de la dette, entre autres instruments.

La déclaration stipule que l’Association internationale de développement, à travers laquelle sera versé le financement annoncé et la Société financière internationale, travailleront ensemble pour encourager et favoriser le secteur privé, en particulier dans des secteurs clés tels que l’agriculture (et sa chaîne de valeur) et l’énergie.

(macauhub)