MOZAMBIQUE LE GOUVERNEMENT SOUHAITE DES OPERATIONS FORESTIERES PLUS RIGOUREUSES

By | December 13, 2016

Le gouvernement mozambicain veut transformer des licences d’exploitation forestière simples en concessions, afin d’améliorer le processus de gestion et de contrôle et permettre l’exploration durable des forêts, a rapporté le quotidien Notícias.

M. Xavier SAKAMBUERA, directeur national des forêts, déclarait au journal qu’il y avait 32 exigences obligatoires pour obtenir des licences qui varient selon les espèces de bois.

Il existe actuellement au Mozambique 611 licences simples et seulement 198 concessions forestières qui, selon M. SAKAMBUERA, « est, pour l’état, une préoccupation majeure ».

En décembre, le ministère du Territoire, de l’Environnement et du Développement rural prévoit de lancer la première consultation publique sur l’examen de la législation forestière.

« Il y a dix ans, lorsque nous avons ouvert la possibilité d’une simple délivrance de licences, ce n’était que pour les Mozambicains, cinq ans plus tard, afin d’améliorer leur capacité opérationnelle, d’installer des machines et de passer aux concessions » (…) Les concessions ont diminué, et les licences simples ayant augmenté, d’où la nécessité de revoir les lois », a déclaré au journal M. SAKAMBUERA.

Afin de répondre au processus de transformation du secteur du bois au Mozambique, les détenteurs de licences d’exploration simples se joignent déjà aux associations pour se transformer en concessionnaires.

L’interdiction des exportations de grumes est maintenue pour empêcher une exploitation forestière incontrôlée et ses résultats pratiques sont déjà visibles grâce à l’augmentation du traitement local et à l’augmentation du nombre d’emplois.