Mozambique : l’economie devrait connaitre une croissance de 7,5% en 2023, selon l’economist intelligence unit – eiu

By | December 28, 2018

Le Mozambique devra attendre jusqu’en 2023 pour atteindre une croissance économique de 7,5%, taux auquel il était habitué naguère, selon les prévisions de l’Economist Intelligence Unit (EIU).
Dans le dernier rapport sur le pays, qui couvre la période de 2018 à 2023, l’analyste d’EIU s’attend à une progression régulière du taux de croissance, qui de 5% en 2022 augmentera de 2,5 points de pourcentage l’année suivante qui devrait marquer le début de l’exploration de grands gisements de gaz naturel.

Si, d’ici 2018, l’EIU prévoit une croissance de 3,5%, l’année suivante, une légère contraction devrait s’opérer à hauteur de 3,4%, sous l’effet des difficultés rencontrées par les producteurs agricoles pour se financer, ainsi que de la chute des prix du charbon.

« La chute des prix du charbon dissuadera davantage l’expansion de la production minière, après que la production ait presque doublé en 2017 », indique le communiqué.

Le rapport indique que les problèmes financiers du gouvernement, associés aux retards de paiement aux fournisseurs de l’État, continueront à jouer un rôle important dans le système bancaire et à miner la confiance des potentiels investisseurs.

Le même document prédit que la formation brute de capital fixe ou les investissements, qui devraient diminuer cette année de 12,5%, retrouveront un taux positif de 8,2% en 2019, puis passeront littéralement à des taux entre 60% en 2020 et 35% en 2023.
Ce développement des investissements découle de la construction des infrastructures que les consortiums des zones 1 et 4 sont en train de réaliser et continueront de mener à bien afin que, d’ici à la date fixée actuellement pour 2023, le premier gaz naturel à extraire dans le bassin de Rovuma commence à être exploité et liquéfié sur les marchés asiatiques.

Le rapport de l’EIU mentionne également l’émission de dettes cachées et leur paiement, ainsi que le deuxième processus de restructuration de l’émission d’obligations émises par la Compagnie mozambicaine de thon (Ematum), qui toutes ont été approuvées par l’État, indiquant qu’il existe des preuves de progrès.

L’EIU se réfère à l’annonce faite par le ministère de l’Économie et des Finances concernant l’accord conclu avec quatre des principaux créanciers (à hauteur de 60%) de l’émission d’obligations en euros arrivant à échéance en 2023, mais rappelle que cet accord doit encore être approuvé. 75% des créanciers obligataires ainsi que le parlement du pays.

Cet accord ne représente également qu’une petite partie de la dette du Mozambique, car les prêts de 1,2 milliard de dollars contractés par des entreprises également contrôlées par les services secrets du pays, Mozambique Assett Management et ProIndicus, doivent encore être résolus.

Le rapport rappelle que le Premier ministre M. Carlos Agostinho do Rosário a déjà annoncé que le gouvernement ne rembourserait pas ces prêts, même avec la garantie de l’État, laissant ainsi aux entreprises qui les ont contractés la responsabilité pleine et entière de les rembourser.

(macauhub)