MOZAMBIQUE : PAS DE SOLUTION EN VUE POUR LA DETTE PUBLIQUE

By | July 6, 2017

Le Mozambique connaître une poursuite de crise de la dette publique, avec une absence de résolution rapide, l’Etat mozambicain ayant été en défaut financier depuis un certain temps, a annoncé l’Economist Intelligence Unit (EIU) dans son dernier rapport sur le pays.

Selon les nouvelles déclarations des analystes de l’EIU, le scénario le plus probable serait la fusion des trois prêts commerciaux garantis par l’État (une émission obligataire et deux prêts syndiqués) en un seul instrument, les emprunteurs étant obligés d’accepter une perte de capital investi et le paiement devant être retardé jusqu’au milieu / fin 2020.

Il est généralement convenu qu’à cette époque, les groupes ENI et Anadarko Petroleum (qui n’ont pas encore annoncé leur décision finale d’investissement) vendent le gaz naturel extrait dans le bassin de Rovuma, garantissant les recettes fiscales à l’État mozambicain qui devraient être significatives.

Le moment de l’ensemble de ce processus est inconnu et les créanciers espèrent que le rapport préparé par le cabinet Kroll Associates UK sera entièrement divulgué par le procureur général de la République du Mozambique et que le Fonds monétaire international devrait reprendre les négociations avec le gouvernement mozambicain pour une approbation d’une aide conséquente.

Le FMI, et plus tard, les organisations internationales suivies des pays occidentaux qui avaient soutenu le budget de l’État mozambicain, ont suspendu toutes les aides suite à la divulgation de deux prêts empruntés illégalement par deux sociétés publiques.

Les analystes de l’EIU prédisent que le produit intérieur brut, après avoir atteint le point le plus bas ces 15 dernières années en 2016 avec un taux de croissance de 3,8%, affichera cette année 2017 une croissance de 4,2%, tirée presque exclusivement par des ressources minières.

Cela comprend le charbon, dont les exportations devraient augmenter, en raison de la hausse des prix sur les marchés internationaux, de la demande de l’Inde, du principal demandeur au sein marché mozambicain pour ce produit et des efforts des entreprises minières pour accroître leur efficacité.

Après 2017, l’EIU s’attend à ce que la croissance économique du Mozambique s’accélère, en estimant un taux moyen de 5,3% en 2018/2021, les trois dernières années enregistrant des taux allant de 5,3% à 5,5%.