Mozambique : Une contraction de l’économie de 2,2% pour l’année 2019, selon les estimations de l’EIU

By | July 18, 2019

Le produit intérieur brut (PIB) du Mozambique devrait se contracter de 2,2% cette année, avant de connaître une nouvelle croissance modeste de 2,7% en 2020, selon l’Economist Intelligence Unit (EIU), publiée dans son dernier rapport.

Selon le document, cette évolution de l’économie mozambicaine est due au passage des tempêtes tropicales Idai au mois de mars et Kenneth au mois d’avril, qui ont provoqué de graves dégâts dans les exploitations agricoles ainsi que dans les infrastructures, entraînant, entre autres facteurs, une hausse des prix. , avec un taux d’inflation de 6,1% cette année et de 7,1% en 2020.

L’Economist Intelligence Unit -EIU prédit que l’économie mozambicaine atteindra des taux plus élevés à partir de 2021, avec 5,6% cette année et l’année suivante, et 7,5% en 2023, dernière année de l’intervalle analysé, lorsque le début des gisements de gaz deux blocs du bassin de Rovuma.

L’appui d’aide international au Mozambique entraînera une contraction du déficit budgétaire en 2019/2020, avant sa nouvelle augmentation en 2021, sous l’effet de la forte baisse de l’aide internationale.

Le rapport de l’Economist Intelligence Unit -EIU indique que des progrès enregistrés ont été réalisés en ce qui concerne les dettes commerciales – une émission d’obligations en euro et deux emprunts commerciaux assortis de garanties d’État totalisant 2 milliards d’euros – dans le cas de l’annonce faite au mois de mai par le ministère de l’Économie et des finances.

Il a été ainsi annoncé qu’il était possible de parvenir à un accord avec un groupe de créanciers sur la restructuration de l’émission d’euro-obligations à hauteur de 722 millions US après une restructuration antérieure de l’émission initiale de 850 millions US.

Selon les estimations des analystes de l’Economist Intelligence Unit – EIU, ces problématiques n’empêcheront pas la compagnie Empresa Nacional de Hidrocarbonetos (ENH) de se rendre sur le marché international pour collecter environ 2,3 milliards US, soit sa part des investissements nécessaires au démarrage de l’extraction de gaz dans la zone, opéré par le groupe américain Anadarko Petroleum.

La compagnie Empresa Nacional de Hidrocarbonetos – ENH a annoncé entre-temps avoir décidé de reporter à la fin de l’année sa cotation en Bourse, considérant que les conditions actuelles ne sont pas les meilleures, selon les déclarations de son président M. Omar Mithá à l’agence financière Bloomberg.