Standard & Poor’s maintient la cote de crédit de l’Angola tout en confirmant ses faibles perspectives

By | February 11, 2020

L’agence Standard & Poor’s (S&P) a maintenu la cote de crédit de l’Angola à «B- / B», mais a révisé les perspectives d’évolution du pays de stable à négative, selon une note d’analyse publiée lundi.

« Les perspectives d’évolution négative reflètent la possibilité d’une baisse si le niveau élevé de la dette publique rend les besoins de financement insoutenables ou si les pressions budgétaires ou externes conduisent à des déficits jumeaux [externe et budgétaire] plus importants que prévu », pourrait-on lire dans la note accompagnant l’annonce.

En expliquant la révision de la note de crédit, qui est maintenue à «B- / B», c’est-à-dire en dessous de la recommandation d’investissement, les analystes de Standard & Poor’s soulignent que «le fardeau de la dette a augmenté rapidement» et souligne que « la dette est passée de 88,6% du produit intérieur brut (PIB) en 2018 à 103% du PIB en 2019, alors qu’elle était de 30% en 2014. »

Cette forte hausse entre l’année 2018 et l’année 2019 « résulte principalement de la baisse de plus de 56% de la valeur de la monnaie, le kwanza » par rapport aux principales devises, mais dans les années à venir, les analystes s’attendent à une baisse de la dette.

Au niveau macroéconomique, S&P s’attend à ce que l’Angola renoue avec la croissance cette année, avec une expansion de 1,0% du PIB, après avoir vu l’an dernier une nouvelle contraction de la richesse de 1,1%.

Pour l’année 2021, une accélération est attendue à 1,5%, puis 2,5% l’année suivante et 2,8% en 2023, bien en deçà des 4,8% enregistrés en 2014, année au cours de laquelle la baisse des prix du pétrole s’est opérée. L’économie angolaise ralentira d’abord, puis se repliera plus tard.