Un Groupe d’étude explore les possibilités de la nouvelle route de la soie pour les pays lusophones

By | December 28, 2016

L’analyse et la diffusion des opportunités offertes par l’initiative officielle chinoise de la Nouvelle Route de la Soie, ceci pour les pays lusophones est le but d’un groupe d’étude mis en place à Lisbonne, dont les travaux débuteront en 2017.

L’Association Amis de la nouvelle route de la soie, qui a été officiellement créée au mois de décembre, et réunissant des personnalités du monde universitaire, économique, commercial et culturel, dont la promotrice est le Pr. Fernanda Ilhéu, chercheur au centre d’études chinoises – China Logus (Institut Supérieur d’Economie et Gestion).

« C’est une initiative qui émane de la société civile, comprenant des personnes de divers secteurs, avec un espace économique initial de base, qui sont favorables à l’initiative de la Chine, avec des avantages aussi bien pour la Chine, que pour les pays développés et en développement, l’économie mondiale et pour la relation entre les différents peuples », a précisé le Pr. Fernanda Ilhéu à Macauhub.

« Vous devez connaître le document ‘Une Ceinture – Une Voie’, initiative de long-terme de réalisation audacieuse, à une étape avancé. La Chine veut la construire avec d’autres pays et organisations, qui pensent pour cela que cela est un excellent projet », a-t-elle affirmé.

L’initiative économique et de relance commerciale, publiée en 2013 par le président chinois, M. Xi Jinping, comprend un plan d’infrastructure qui vise à faire revivre l’ancienne route de la soie entre la Chine et l’Europe à travers l’Asie centrale, en Afrique et en Asie du Sud-Est, où la ville portuaire de Sines peut devenir un pôle important.

Il comprend la construction d’un réseau ferroviaire à grande vitesse entre la Chine et l’Europe, couvrant 65 pays et 4,4 milliards de personnes, en profitant du fonds de la Route de la Soie, soit 40 milliards de dollars.

Parmi les fondateurs de la nouvelle association sont mis en exergue les opérateurs chinois de la communauté d’affaires au Portugal comme M. Choi Man Hin, président de l’Association des marchands et industriels Luso-chinois au Portugal, et M. Hao Zhang, le groupe Energias de Portugal (EDP), les entrepreneurs portugais ayant des liens avec la Chine et Macao, comme M. Alberto Carvalho Neto, l’économiste M. Jitendra Tulcidás et encore M. Hélder Oliveira de la fondation Portugal-Afrique.

Les statuts définissent l’objectif «de coopérer de manière pro-active à la construction du projet ‘Une Ceinture – Une Voie’ au travers de la connaissance, l’information et la diffusion des contributions notables, soit dans la présentation des projets ou le développement de relations pour atteindre les objectifs de cette initiative de la Chine dans laquelle est inclus le Portugal ».

Le Pr. Fernanda Ilhéu précise que l’association fonctionnera en mode ‘interactif’, en tant que groupe d’étude pour réfléchir sur les possibilités de coopération entre le Portugal et la Chine dans divers domaines »liés à l’initiative ‘Une Ceinture – Une Voie’.

Au mois de décembre 2015, a été établie à Macao l’association de la Route de la Soie Maritime (Macao), qui vise à produire des études sur le potentiel de la Route de la Soie maritime, son impact sur la relation entre la Chine et les pays lusophones avec Macao comme plate-forme.

L’association propose également de présenter la capacité de la Chine à exécuter de grands travaux d’infrastructure dans les pays lusophones, de mener et de présenter des études sur les principaux groupes chinois impliqués dans des projets de construction d’infrastructures à l’étranger et des opportunités d’affaires dans les secteurs industriel et commercial, .

Au mois de mai dernier, l’association a organisé en collaboration avec l’Université de la ville de Macao et de l’Institut d’études européennes de Macao, un séminaire sur les implications sur les pays lusophones de l’initiative ‘Une Ceinture – Une Voie’.

Macauhub